Tpe sur l'anorexie et la boulimie

19 janvier 2013

Tpe sur l' ANOREXIE et la BOULIMIE: MIEUX VAUT-IL MOURIR QUE GROSSIR ?

Notre TPE porte sur des maladies qui sont l'anorexie et la boulimie, nous avons choisi ce sujet afin de mieux comprendre les personnes atteintes de ces troubles Alimentaires (TCA), nos recherche porterons donc sur cesmaladie, ainsi que toute ses alternatives comme les influences médiatiques ainsi que les traitements.

Posté par ana-et-mia-tpe à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Introduction.

     Tout d'abord nous allons vous parler de cette maladie mentale dramatique appelée l'anorexie . Nous allons vous presenter son histoire , ses causes ainsi que les traitements pour la vaincre. Nous allons aussi parler de la petite soeur de l'anorexie , la Boulimie . Nous finiront par une explication d'un mouvement sur le net appelé Pro-ana et Pro-mia.

 

Posté par ana-et-mia-tpe à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

I L'anorexie

1) Definitions.

L'anorexie touche seulement une personne sur 100 000 dans l'ensemble de la population, mais une femme sur 200 entre 14 et 18 ans. Les hommes ne seraient concernés que dans 5 à 10% des cas (1 homme pour 9 femmes).
L'anorexie est définie comme:
- un refus de maintenir le poids corporel au niveau ou au-dessus d'un poids minimum normal pour l'âge et pour la taille
- une peur intense de prendre du poids ou de devenir gros, alors que le poids est inférieur à la normale
- une altération de la perception du poids ou de la forme de son propre corps, une influence excessive du poids ou de la forme corporelle sur l'estime de soi, ou un déni de la gravité de la maigreur actuelle

 A)Les fais historiques

 Les premières descriptions de comportements d'allure anorectique datent des débuts de l'ère chrétienne, particulièrement chez les adeptes du monachisme, c'est-à-dire les ancêtres des premiers moines. Alors que dans le judaisme il existe des jeûnes religieux tels que celui pratiqué à l'occasion de Yom Kippour, ceux-ci ne dépassent guère la journée et ne sont guère l'occasion de pratiques individuelles excessives. Les premiers "cénobites" chrétiens se sont très tôt, aux alentours de l'an 400, livrés à la restriction alimentaire. Selon CASSIEN, l'Ordo monasterii observe vers 425, cinq jours de jeûne sur sept.

 La plus connue. Ste Catherine de Sienne (1347-1380) ne se nourrissait que d'une « poignée d'herbes « ( c’est à dire de légumes selon la terminologie de l’époque ) et se faisait vomir si elle avait été forcée d'avaler de la nourriture.

 2) Qui la maladie touche-elle ?


a)Filles et garçons vivent-ils l'anorexie de la même façon ?


L'anorexie est un trouble particulièrement féminin qui semble toucher bien plus de filles que de garçons, à peu prés un garçon sur 9 filles. Chez les garçons, la maladie est beaucoup moins visible, leur trouble alimentaire ne consiste pas forcément à maigrir à tout prix, mais surtout à augmenter leur masse musculaire. Les manifestations de l'anorexie chez les garçons sont quasiment les mêmes que chez les filles : Il y a une restriction alimentaire voir un refus de s'alimenter, une perte de poids et et une hyperactivitée physique. La seule différence est l'abscence de la disparition des cycles menstruels.

La maigreur extrême chez un garçon heurte moins que chez une fille, mais la gravité de la maladie reste la même pour une fille comme un garçon.

L'’anorexie mental existe dans tous les milieux sociaux, mais on trouve généralement plus de cas chez des adolescents issus de milieux aisées et souvents bons élèves. Par exemple, on ne rencontre presque pas de cas d'anorexie mental, dans les pays en voie de développement où l’accès à la nourriture se fait rare.


b) L'anorexie chez l'enfant

L'anorexie chez l'enfant existe, même si elle est bien plus rare que chez les adolescents. Contrairement aux adolescents, ici l'anorexie touchent plus de garçons que de filles, d'une moyenne d'âge de 6 à 12 ans. L’anorexie mentale chez l’enfant correspond aux mêmes symptôme que l’anorexie chez un adolescent ou un adulte. Nous pouvons reconnaître les manifestations de la maladie par un ralentissement de la courbe de croissance staturale, voir un stagment, ainsi que de la corpulence; des nausées perpétuelles, ou encore de douleurs fréquentes aux abdominaux.

L'anorexie mental est aussi présente chez l'adulte même si tout comme chez les enfants. La maladie est plus grave que pour des femmes âgés de plus de vingt-cinq ans, et 40 % des femmes agés de plus de vingt-cinq ans ne survivent pas à cette maladie.

Les causes des troubles alimentaires chez l'adulte peuvent être déclenché par un événement traumatisant, le stress de la vie d'adulte, ou encore par un mariage récent, le décès d'un proche, un divorce, le chomage...

La maladie est d'abord indétectables, les symptômes sont les mêmes que chez l'adolescent atteint d'anorexie comme la peur de nourriture, une abstentionde se nourrir, rejet de son apparence physique...

Dans certains cas, l'apparition de l'anorexie tardive, révèle un passé d'ancien anorexique bref ou d'une ancienne anorexie passé inaperçu. Lors de la maladie il y des troubles hormonaux, aménorrhée prolongée, une forte perturbation de l'appareil digestif... Cela peut peut s'aggraver au point de provoquer une fatigue cardiaque, une tension en chute libre.

 3) Les causes et symptomes  de la maladie

a) Les causes

On retrouve souvent chez les anorexiques des facteurs déclenchants. Parfois ils sont évidents mais souvent, ces traumatismes sont telles que l'anorexique les a refoulé. Cela devient alors une sorte d'obsession: l'anorexique veut savoir le "pourquoi". On peut remarquer cependant des facteurs qui serait à l'origine de l'apparition des troubles anorexiques:
- Séparation avec la famille
- Relation amoureuse
- Echec ou succès à un examen
- Abus sexuel subis
- Séparation avec une personne avec laquelle l'anorexique avait une relation très privilégiée (frère, meilleure amie...)

b) Les symptomes

Les symptomes de la maladies sont nombreux et très voyant :

 Il y a des signes de dénutrition ainsi qu'une  altérations dentaires.  Les yeux des anorexiques sont enfoncés dans leurs orbites. A cause d'une mauvaise circulation sanguine, la peau devient froide et moite ainsi que violacée. Les cheveux sont ternes et secs et les ongles cassants. Des ématome apparaissent sur leurs jambes ainsi que sur leurs bras.  Il y a un effacement des fesses et de la poitrine.

 4) L'influence dramatique des médias


L'anorexie mentale est bien plus présente dans notre société que dans d'autre. Nous pouvons donc nous poser une question décisive. Notre société de consommation ainsi que les images qu'elle transporte, sont-elles à l'origine de l'anorexie ? Et si les mannequins étaient-ils une source d'addiction à l'anorexie ?

Les médias (magazines, publicités...) sont une des causes de l’anorexie, l'ambiguïté est tout de même visible, car tout en influençant l'anorexie,les médias se battent aussi pour réduire son augmentation. En effet ils nous montre une image de la femme idéale, avec une silhouette dont la maigreur ne choque même plus. Les mannequins très maigres, sont représenté comme le modèle parfait auquelle de nombreuses adolescentes, les anorexiques comme les autres ont tendance à s'y indentifier manquant souvent de « repères intérieurs ». Le culte de la minceur n’est pas contrairement pas à ce que l'on peut croire d’ordre esthétique, mais c’est plutot le signe de la femme qui peut se contrôler. Seulement, l'image que ses médias nous donnent c'est qu'avoir des formes n'est pas esthétique et montre une sorte d'impuissance, cependant ce n'a pas toujours été la norme de beauté. Car les représentations des corps de femmes du XVIIIe ou du XIXe siècles peuvent ainsi nous rappeler que les rondeurs étaient autrefois un signe de bonne santé .

Concernant la télévision, il existe de plus en plus de publicités concernant les régimes, les aliments qui permettent de maigrir ou de ne pas prendre de poids, comme par exemple, les produits de la marque Spécial K qui à base de céréales affirment à ses consommatrices un corps mince.

Ainsi cette image peut provoquer une pensée négative sur les adolescents ce qui peut les pousser à l’anorexie, commençant par un régime léger n'arrivait plus à s'arrêter.

Les magazines, les films, les séries télévisés, montrent des stars sans aucune imperfection, possédant un corps sans défaut, qui peut provoquer chez l'adolescent des envi de similitudes avec ses acteurs elles ne deviennent pas pour autant toutes anorexiques mais cherche à ressembler à leurs stars préfèré, ignorant souvent que ces acteur sont très fréquemment retouchés.

Mais les médias peuvent aussi aider contre l'anorexie, en montrant des campagnes publicitaires qui ont pour but de choquer les auditeurs. Comme par exemple en Angleterre où il y a eu un spot diffusé par une association, ou encore ils peuvent diffusés des reportages filmant des personnes atteintes d'anorexie, ou encore en montrant des images chocs. Le photographe Oliviero Toscani, a lui décidé d’utiliser la publicité afin de lutter contre l’anorexie, en prenant des photos de l’anorexique Isabelle Caro. Née le 9 septembre 1980 et décédée le 17 novembre 2010, qui à écrit un livre sur son parcours de jeune femme anorexique.

Internet tout comme les médias peuvent incité à l'anorexie mentale, à travers ses informations ou ses publicités. Il s'en prends aussi aux plus jeunes à travers différents jeux, comme par exemple « ma bimbo »

Ce jeu permet de s'occuper d'une jeune femme de lui faire vivre une vie active, ayant une corpulence idéal à ne pas dépasser, ainsi le poids est constamment surveiller, et si jamais il est trop élevé elles doivent lui faire perdre du poids à travers le sport intensif ou les médicaments.

Seulement, Internet participe lui aussi à la lutte contre l’anorexie. Il y à de nombreux sites d’aides pour les jeunes comme l’association ABA (Association Boulimie Anorexie) ou encore la maison de Solenn. Cette association contient des professionnel et des bénévoles qui aide ainsi les personnes qui sont atteintes d’anorexie, de boulimie ou même leur famille, pour leur procurer un appui.

Ainsi, Internet comme les médias, font volte face, car parfois les informations divulgué pousse fortement à l’anorexie mais il permet aussi de tenter diminuer les cas.

 

                                                                               602767_511815235523100_983115592_n

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par ana-et-mia-tpe à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2013

II Les traitements de l'anorexie

Plus on tarde à consulter plus on ira vers un auto-renforcement du symptôme et une identification totale de la patiente à ce dernier. Dans la mesure du possible, il est important d'assurer une continuité de l'action thérapeutique par la même équipe. La guérison est rarement obtenue pour une durée de traitement inférieure à 4 ans
Pour les anorexies les plus légères, ou encore pour les formes de la maladie repérées à un stade précoce, le traitement ne nécessite pas d'hospitalisation. Il arrive toutefois que la gravité du tableau psychologique et de l'atteinte physique de la malade soit telle qu'une hospitalisation s'impose. Parfois même, la patiente devra être prise en charge de façon urgente dans un service de réanimation et alimentée par perfusion intraveineuse et sonde gastrique. Dans le cas où il y a nécessité d'hospitaliser la patiente:

1) séparation d'avec le milieu familial habituel

Son but n'est pas répressif, mais elle permet à l'anorexique d'aménager avec ses parents une relation nouvelle, non conflictuelle et de s'ouvrir à d'autres modes relationnels. La séparation a lieu lors d'une hospitalisation. Dans un premier temps, la patiente ne reçoit ni visite, ni correspondance, ni permission. En revanche, les activités thérapeutiques sont autorisées, sauf la gymnastique.

2 Surveillance du poids:

La pesée est quotidienne et surveillée. En accord avec la patiente, deux contrats peuvent être établis: * un poids de levée d'isolement: lorsque celui ci est dépassé, les visites, le téléphone, les permissions et le courrier sont autorisées. * un poids de sortie d'hopital: lorsque celui ci est dépassée, la sortie est définitive.

3) Réalimentation:

La réalimentation est progressive et les menus sont fait en collaboration avec une diététicienne. La prise des repas est surveillée ainsi que le dépistage des vomissements post-pandriaux dissimulés. Les diurétiques, laxatifs, vomitfs etc sont arrêtés.

4) Entrevues fréquentes:

La collaboration thérapeutique avec les parents est indispensable. Les entrevues doivent permettre l'établissement d'une nouvelle relation avec leur enfant. Il faut éviter les conduites d'emprise et de manipulation de la part de la patiente auprès de l'équipe soignante. En effet, la patiente tente de recréer les mêmes liens pathologiques que ceux qu'elle entretenait avec sa famille. Il faut donc absolument garder un lien entre les différents membres de l'équipe mais aussi avec la patiente.
Souvent on propose ainsi un traitement pluridisciplinaire, consistant en une rééducation nutritionnelle, avec assistance médicale, une psychothérapie individuelle cognitive ou comportementale (parfois analytique), et une thérapie familiale si la patiente a moins de 18 ans.

 

5) Evolutions.

 30 % des cas évoluent favorablement, pour un deuxième tiers, la guérison est incomplète .Dans le dernier tiers des cas, on assiste à une aggravation des conséquences physiques et psychologiques de l'anorexie.

A la longue les conséquences du refus alimentaire sont graves car face aux diverses carences, le corps se protège en ralentissant son métabolisme ainsi que certaines fonctions vitales. La production d'hormones thyroïdiennes décroît, la tension artérielle peut s'abaisser. Les organes vitaux comme le coeur et le cerveau peuvent être détériorés.

Chez les adolescentes en pleine croissance, les carences nutritionnelles ralentissent et parfois arrêtent le développement de l'anorexique. Ces dernières sont également néfastes à long terme : ainsi le manque de calcium prédispose l'anorexique à l'âge adulte à l'apparition de l'ostéoporose. Enfin, sur le plan psychologique l'anorexique peut dans les cas les plus préoccupants, s'enliser dans la dépression. La souffrance morale est alors de plus en plus intolérable et peut mener à la toxicomanie et au suicide. D'où l'importance d'une prise en charge à la fois précoce, étroite et prolongée

Posté par ana-et-mia-tpe à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2013

III) La boulimie

Pour commencer, la boulimie est en aucuns cas une façon de perdre du poids rapidement ou bien alors de manger une quantitée de nourriture que l'on souhaite sans prendre du poids. C'est une véritable maladie comme sa soeur l'anorexie. .

1) Définition

La boulimie est un trouble de l'alimentation caractérisé par des accès d' ingestionde grandes quantités de nourriture, après lesquels le malade se fait généralement vomir.

2) La Boulimie dans l'histoire

A l'époque de la Rome antique, on la nommait gloutonnerie. Jusqu'à une période récente, la boulimie n'était pas considérée comme une maladie.

3) Les catégories de Boulimiques

Il y a deux catégories de personnes boulimiques qui vont se différencier à partir de l'adolescence:

les vraies boulimiques qui acceptent leur grande appétence pour la nourriture quitte à devenir obèse et qui n'éprouvent aucune anxiété sur le sujet. On ne les voit pas en consultation.

Un second type est constitué par celles qui passent du stade boulimie insouciante de l'enfance et de la pré-adolescence à l'anorexie-boulimie ou fausse boulimie dès la prise de conscience de l'image du corps.

Pour celles-ci, quoique la nourriture prise avec excès garde ses nombreuses vertus psychothérapeutiques (substitut d'amour, d'affection, de contentement de soi ou autres... ) ou, au contraire, devient instrument de vengeance et de punition, parce que ces personnes sont sensibles au regard d'autrui et à ce que les autres pensent d'elles alors qu'elles éprouvent de plus en plus un profond malaise à se gaver, elles essaieront de contrôler leur prise de nourriture, le plus souvent en se faisant vomir, prenant des laxatifs, moyens rapides et efficaces pour garder un ventre plat, ou en s'essayant à des régimes sans succès.

 

4) Les Crises

 

a)Le commencement de cette crise:

Le sujet ressent une vague sensation envahissante et oppressante de faim accompagnée d’angoisse et d’irritabilité.

b) Accès proprement dit de boulimie
:


L’accès boulimique est défini par une surconsommation alimentaire :
- Incontrôlable, impérieuse, irrépressible, irréversible ;
- De survenue brutale ;
- D’aliments hyper caloriques, peu protidique, facile à ingérer (de 3500 à 20 000 calories/accès) ;
- En cachette (chambre, cuisine, toilette) ;
- Accompagnée de plaisir ;
- Rapide (crise inférieure à deux heures) : voracités, absence de mastication allant parfois jusqu’à l’étouffement.

c) Fin de l’accès
La fin survient lorsque la patiente n’a plus rien à manger, a mal au ventre, se sent étouffer, a une crise de dépersonnalisation ou lorsqu’elle est interrompue par un événement extérieur. Elle ressent parfois un soulagement  ou plus souvent un profond malaise :
physique : douleurs et pesanteurs abdominales, nausées, céphalées, fatigue intense ;
psychique : honte, remords, culpabilité, mépris de soi-même, impression d’être difforme ou d’avoir perdu le contrôle de soi.
Cette sensation de malaise est suivie, pour y mettre fin, par des vomissements provoqués puis réflexes, ou par la survenue d’un endormissement.

 

 

 

 

Posté par ana-et-mia-tpe à 20:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

IV Traitements de la boulimie

Les indications d’hospitalisation sont rares, la majeure partie des patientes sont traitées en ambulatoire. L’hospitalisation est indiquée pour les patientes présentant :

- Un risque suicidaire élevé en rapport avec un effondrement dépressif sévère

- Un désordre hydroélectrique majeur

- Une résistance au traitement ambulatoire

- Une recrudescence débordante des accès boulimiques.

Posté par ana-et-mia-tpe à 20:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

V) Les Pro-Ana et Pro-Mia

1)Les origines de ces mouvements

 

Ces phénomènes sont arrivés des États-Unis au début des années 2000. Il se sont propagés en France à cause d'Internet et de personnalités qui promeuvent l'anorexie et la boulimie, comme par exemple Kate Moss, qui à déclaré qu'« il n’y a rien de meilleur que de se sentir maigre ». Cependant, ce comportement est interdit par la loi, car selon l’article 15 de la loi n°86-1067, tous actes instant des adolescents au mouvement anorexique sera punie par la loi . Les peines encourues peuvent atteindre 3ans d'emprisonnement et 45000 euros d'amende « le fait de provoquer une personne à rechercher une maigreur excessive en encourageant des restrictions alimentaires prolongées et ayant pour effet de l'exposer à un danger de mort ou de compromettre directement sa santé»

 

 

 2) Les pro-ana

 

Il s’agit d’un mouvement d’anorexiques que les adeptes décrivent comme un mode de vie plutôt qu’une maladie. Les membres de ce mouvement, qui sont majoritairement des femmes, souvent jeunes, conçoivent des blogs ou des forums dans lesquels elles écrivent leurs discours à « Ana », sorte de personnification de l’anorexie. Elles y exposent également leurs régimes très stricts, leurs motivations, leurs modèles où encore leur description du corps idéal, qui peut parfois s’avérer choquante. Ces adolescentes revendiquent leur statut d’anorexique mais elles en sont fières (contrairement aux anorexiques mentales) et veulent parfois atteindre des poids terriblement excessifs. Les pro-anas sont reconnaissables grâce à leurs bracelets rouges portés sur le poignet droit. Ce mouvement attire de plus en plus de fidèles depuis le début des années 2000. Cependant, l’incitation aux jeunes à devenir anorexiques est interdite par la loi.


3) Les Pro mia

« Mia » est la personnification de la boulimie, à qui ce mouvement est réservé. Il est semblable à celui des pro-anas. Ils sont très proches mais le mouvement des pro-mias comporte moins de membres. Les pro-mias sont reconnaissables, elles, à leurs bracelets violets. Elles sont plus discrètes et moins nombreuses que les pro-anas.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par ana-et-mia-tpe à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2013

Conclusion de ce TPE

A travers notre TPE , nous avons chercher comprendre les personnes atteintes d'anorexie et de boulimie.

Tout d'abord, nous avons vus d'ou venait les maladies qui touchent des jeunes ados, et ne laissent que très peu de chances de guérison totale (30%) . C'est une maladie qui débouche sur la mort à cause de la perte de controle sur son corps, la rigidité du cadre hospitalier, le poids de la culpabilité etc...

Nous avons ensuite vu comment ces maladies peuvent devenir un mode de vie pour ces jeunes personnes .

Au sujet du traitement contre ces maladies , il nous ais impossible de comprendre les personnes atteintes de cette maladie malgrès le nombre d'interview avec certaines anorexiques . Les medecins eux meme n'ont pas les connaissances suffisantes  pour combattre la maladie .

 

Posté par ana-et-mia-tpe à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nos sites , nos livres , nos films

Pour ce tpe nous avons été sur :

- http://boulimiamm.weebly.com/mincir-sans-se-faire-de-mal.html

-http://www.paperblog.fr/142127/le-mouvement-pro-ana-ou-pro-mia-thinspiration/

 

-http://teemix.aufeminin.com/fiche/quiz/f16472-les-pro-ana.html

 

- http://www.madmoizelle.com/kate-moss-soutient-elle-lanorexie_2009-11-20-6

- anaddict forum

 

Nous avons lus :

- Le dictionnaire de la santé

- La maison des enfants fou de Valérie Valère

- Retour à la vie , 15 ans d'anorexie  de Marta Aleksandra Balinska

- Lettres à l'absente de Patrick Poivre d'Arvor

 

Nous avons vus:

-2h37 de Murali K. Thalluri

- Anorexie-TSR-36°9.flv (youtube) mis en ligne le 6 mai 2011

- Isabelle  Caro : témoignage

 

 

Posté par ana-et-mia-tpe à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]